Les cartes de Cassini

Ces cartes sont les premières cartes topographiques et géométriques réalisées à l’échelle pour le royaume de France.

La Savoie, la Haute-Savoie et les Alpes-Maritimes ne faisant pas partie du royaume au XVIIIe siècle ne sont pas représentés sur la carte de l’académie. Quant à l’île d’Yeu et la Corse, elles ne seront jamais levées.

Cassini ICassini IICassini IIICassini IV
Jean-Dominique (1625-1712)Jacques (1677-1756)César-François (1714-1784) dit de ThuryJean Dominique (1748-1845)
Cassini III de Thury - César François (1714-1784)Cassini IV - Jean Dominique (1748-1845)
Quatre générations d’astronomes et cartographes

En 1683, Louis XIV ordonne le tracé de la méridienne de Paris, passant par l’observatoire, et allant de Dunkerque à Perpignan. Ce sera Jean-Dominique I et Jacques II son fils qui réaliseront ce travail jusqu’en 1718.

Il faudra attendre quinze ans pour commencer la description géométrique et la triangulation.

En 1756, Cassini de Thury présente au roi les deux premières cartes. Le roi est satisfait, mais devant les difficultés financières dues à la guerre de sept ans, les subventions manquent et Cassini de Thury fonde une société de cinquante associés pour rassembler les fonds nécessaires à la levée des dernières cartes. Il ne verra pas la fin de ces travaux et c’est son fils Jean-Dominique (Cassini IV) qui finira l’ouvrage. En 1790, il reste encore quinze cartes à publier. C’est en 1818 que l’ensemble sera enfin achevé.

Nogent – Le Perreux – Bry

Nogent, le Perreux qui n’existait pas encore mais dont la seigneurie est signalée, et Bry-sur-Marne furent ainsi cartographiés.

Source : http://cassini.ehess.fr/

Antoine Watteau

Antoine Watteau est né à Valenciennes et a été baptisé le 10 octobre 1684 en l’église Saint Jacques.

Hébergé par Monsieur Lefèvre, intendant des menus plaisirs qui lui ouvre sa maison de campagne, Watteau est décédé de la tuberculose à Nogent sur Marne le 18 juillet 1721 et a été inhumé dans l’église paroissiale. Les registres de Saint Saturnin de cette époque ayant hélas disparu, nous ne possédons donc pas l’acte de sépulture.

La révolution française étant passée par là, le cercueil fut profané pour en récupérer le plomb qui fut emmené à l’arsenal de Paris pour en faire des balles.

Registre des délibérations de l’assemblée municipale de Nogent en date du 14 pluviose de l’an II (02/02/1794)

Un monument cénotaphe surmonté d’un buste en marbre de Louis Auvray fut érigé à l’emplacement probable de la fosse ou furent jetés les ossements. Il fut inauguré le 18 octobre 1865 par M. le marquis de Perreuse, maire de Nogent.


Nous allons célébrer le tricentenaire de sa disparition.